Welt-in-Hannover.de Welt-in-Hannover.de Welt-in-Hannover.de Welt-in-Hannover.de
FGM&

Les mutilations génitales

L'un des derniers sujets tabous du monde occidental

La "Journée internationale zéro tolérance aux mutilations génitales féminines" du 6 février a été célébrée cette année dans une "pièce sécurisée" par kargah e.V.

  Claudia Ermel | 12.02.2020

Les nombreux conférenciers invités, organisations, les personnes personnellement affectés ainsi que de nombreux invités - pour la plupart des femmes - intéressés se sont rassemblés dans la plus grande salle de l'association à but non lucratif.

Cet après-midi fut très bien organisé par DaMigra e. V., Mein Körper gehört mir e. V., Integrationslotsen Cloppenburg e. V. en coopération avec kargah e. V. Dass FGM (anglais: female genital mutilation / circoncision des organes génitaux féminins) est toujours l'un des derniers sujets tabous dans les sociétés européennes affirmaient les conférenciers clairement dans leurs discours. Grâce à la masse d'informations, de perspectives et d'expériences personnelles, les auditeurs ont été informés de manière impressionnante sur l'explosivité et l'actualité de ce sujet.

Des représentants de la politique, des centres de conseil, du droit et de la santé ont été invités à permettre l'échange entre les différentes institutions et groupes professionnels pour trouver des approches et des solutions communes. Mme Mina Amiry (représentante de la Integrationslotsen Cloppenburg) Frauke Baller (psychothérapeute psychologique) Uta Engelhardt (directrice de la pro familia Niedersachsen e.V.), ainsi que le gynécologue et président de la Berufsverbandes der Frauenärzte BVF, Dr. Christian Albring. En tant que représentante de DaMigra, Dr. Delal Atmarca, va s'occuper de la modération durant l'après-midi, ce qui n'a certainement pas laissé les personnes présentes sans aucune impression.

damigra.jpg damigra.jpg damigra.jpg damigra.jpg damigra.jpg

Les personnes affectées font preuve de courage

Un groupe courageux de femmes affectées du Soudan, de la Somalie et de l'Érythrée ont rendu compte de la pression sociale des familles et des voisins et ont partagé leurs propres expériences de la circoncision, qui est souvent pratiquée par des mères ou des grands-mères. Le public a été sensibilisé à la manière dont la pression sociale, la stigmatisation (circoncision = pureté) ainsi que les systèmes de récompense ("J'étais content des cadeaux") devraient rendre le processus douloureux plus supportable pour les enfants. Ils ont parlé des difficultés après la circoncision lors de saignements menstruels, d'uriner, d'avoir des relations sexuelles ou d'accoucher ("Les rapports sexuels sont très difficiles car la peau doit toujours être ouverte, mon mari a également souffert, heureusement, il avait beaucoup de compréhension.")

Infos fgm
Infos fgm

La tradition de l'excision génitale féminine a été expliquée à l'auditoire dans plusieurs contributions et dans une discussion ultérieure. Les rites tribaux, peut-être aussi la superstition et les traditions ancestrales, sont basés sur l'idée fausse que la pureté féminine peut être maintenue grâce à cette intervention, qui est déjà effectuée sur les petites filles des leurs jeunes âge. Les allégations de propreté physique et d'éviter les désirs sexuels incontrôlables ont été mentionnées comme explications avancées.

infos2FGM
infos2FGM

Remettre une lettre de protection au pays d'origines

Comme il existe actuellement un risque que les filles soient circoncises en Europe ou lors de leur visite dans leur pays d'origine, un large éventail d'informations ainsi que de simples mesures de protection ont été demandées par les présentateurs. Une lettre de protection, délivrée par le lieu de résidence allemand, est par exemple une solution très efficace a été proposée. En fait, peu est encore fait pour résoudre ce problème tabou. Comme il n'y a toujours aucune mesure préventive à ce jour, la politique et la société sont tout aussi demandées en Allemagne que dans les pays où ce rituel est souvent pratiqué dans l'environnement privé des clans. L'éducation et les tabous seraient les premiers pas. Dans le même temps, cependant, une meilleure information sur les FGM doit également être fournie dans la profession médicale, dans les centres de conseil et au BAMF. Les femmes qui ont été excisées doivent être informées de leurs options en utilisant la chirurgie reconstructive. Ils ont besoin d'un soutien psychologique, mais aussi d'interprètes sensibles, qui leur sont fournis. Ceux-ci devraient à leur tour déjà être familiers avec le sujet. Des brochures éducatives et des centres de conseils spécialisés manquent également. "La Basse-Saxe n'est toujours pas une terre d'homme dans la lutte contre les FGM", ont déclaré les participants à l'événement.

Infos fgm
Infos fgm

Juste un sujet de niche? Même si presque personne n'en parle, les chiffres enregistrés dans le monde disent une vérité choquante: même au 21e siècle, environ 200 millions de femmes étaient encore circoncises. Les traditions et les superstitions sont loin d'être éradiquées. Dans l'intervalle, des lois ont été adoptées dans de nombreux pays africains qui interdisent les mutilations génitales féminines. Cependant, cette pratique traditionnelle ne peut être abolie que par l'éducation et la conviction au sein des clans.

Photos: Ani Gabrielyan

Welt-in-Hannover.de bedankt sich herzlich für die tolle Unterstützung bei den vielen ehrenamtlichen Helferinnen und Helfern, sowie zahlreichen Organisationen und hofft auf weitere gute Zusammenarbeit.

Schirmherrin des Projekts Welt-in-Hannover.de ist Frau Doris Schröder-Köpf, Landesbeauftragte für Migration und Teilhabe.

kargah e. V. - Verein für interkulturelle Kommunikation, Migrations- und Flüchtlingsarbeit    Kulturzentrum Faust e. V.    Landeshauptstadt Hannover